Carnet de route pour Rotterdam

 

Etape 1 : Bischwiller - Lauterbourg - Rheinsheim

Aujourd'hui, nous avons quitté la France en direction de l'Allemagne en passant par le Nord et pour n'y revenir que dans dix jours. Au menu : très belle réserve naturelle du delta de la Sauer près de Munchhausen, et port fluvial de Lauterbourg (impressionnant parking de voitures importées), nous avons d'ailleurs pu nous y arrêter pour savourer une pause de midi bien méritée. Après, pour la dernière demi-étape, nous avons continué dans une Allemagne très industrialisée en passant par Wörth (usine Mercedes-Benz). En chemin, entre deux champs, nous avons croisé trois lapins de pâques en avance ainsi qu'une cigogne. Le beau temps était au rendez-vous puisque ce fut une journée sèche. Petit contre-temps lors de notre traversé du Rhin, un bac trop cher à passer nous a contraint à rebrousser chemin et à attendre le prochain pont pour traverser. Cet imprévu, nous a permis de faire une rencontre inattendue avec l'auberge du Vater Rhein, l'occasion de prendre une photo mémorable... 

Loïc, Max, Greg

 

 

 

 

Etape 2 : Rheinsheim - Manheim - Riedstadt.

Les raideurs sous l'eau

Aujourd'hui nous avons parcouru 123 kms, 7 heures de route, un record de pente à 13 % ainsi que 48 poteaux rencontrés et 15 barrière.

Le matin au réveil nous avons eu le droit à un petit déjeuner de roi.

Puis nous sommes partis avec une bruine légère. Aux alentours de 10 h la bruine s'est transformée en pluie et nous nous sommes trompés de chemin de nombreuses fois. 

A 10h30 nous avons fait une halte à Speyer ancienne ville importante du Saint Empire Romain Germanique. 

Nous avons vu le Dom (ou munster) la cathédrale de Speyer, un beau monument en grès avec ses vestiges de remparts aux alentours. 

A midi nous nous somme arrêtés (trempés jusqu'à l'os) dans une école ou nous avons mangé de bonnes pizzas. 

L'après midi la pluie n'avait toujours pas cessé, nous avons suivi un affluent du Rhin puis à Gernsheim 

nous nous sommes perdus et avons attendus la camionnette pour nous ramener jusqu’au gymnase.

 

Corentin, Gilian

 

Etape 3 : Riedstadt - Laubenheim - Bacharach.

Après la pluie, le beau temps !

Nous avons commencé la journée par une entrée en musique de la part de DJ Ben ! 

Après ce réveil musical nous avons poursuivi par une légère matinée ensoleillée, mais fraîche !

Laubenheim nous a ouvert ses bras dans un club de sport où nous avons été accueillis par de nombreux paparazzis. 

Nous y avons très bien mangé, exactement ce qu'il nous fallait pour continuer en beauté cette belle journée. 

Après avoir traversé la très belle ville de Mayence, nous avons longé Vater Rhein, nous l'avons traversé et longé à nouveau jusqu'à Bacharach. 

Mais avant cela, à la grande joie de M. ASSMANN, nous avons aperçus Assmannshausen de la berge opposée. 

Arrivés à Bacharach, nous avons fait un grand bond dans le passé en côtoyant de nombreux châteaux, et 

en rejoignant à travers d'étroites ruelles pavées notre demeure d'un soir.

 

Athénaïs, Emma et Franck. 

 

Etape 4 : Bacharach - Rhens-am-Rhein - Bonn.

Après un réveil très religieux de notre DJ Ben, nous avons pris la route vers la Lorelei 

où nous avons eu une petite pensée pour Mme ERTZSCHEIDT. El P nous a par ensuite récité un poème d'Heinrich Heine.

Ce midi nous avons été très chaleureusement accueilli à Rhens par le Maire ainsi que des Employés municipaux 

qui se sont mobilisés pour nous un dimanche de Pâques. 

Après avoir mangé nous avons continué de longer le Rhin durant près de 80 kilomètres pour atterrir a Bonn, ville très luxueuse. 

Après cette dure journée, nous avons gravi le Venusberg pour rejoindre la magnifique auberge de jeunesse dans laquelle nous allons passé la nuit.

Les raideurs fous vous souhaitent une joyeuses Pâques.

 Séphora, Juliette et Amélie

 

 

Etape 5 : Bonn - Köln - Neuss.

UN LUNDI DE PAQUES PAS COMME LES AUTRES

Les raideurs sont partis ce matin de Bonn pour une matinée agréable en longeant le Rhin une fois de plus à travers l'Allemagne en direction de Cologne. 

Ils ont pu admirer la magnifique cathédrale et poser pour un shooting photo. Le rôle des photographes a été interprété par des touristes chinois. 

Le fameux déjeuner « aux bons soins de la caravane » s'est montré délicieux puisque les cyclistes ont profiter d'un repas au McDo. 

Quelques burgers plus tard, ils se remettent en selle en direction de Neuss. Mais avant d'arriver à destination les raideurs ont encore 

pu démontrer leur détermination malgré la météo, qui est passée d'un beau soleil de printemps à une pluie cinglante, un vent battant 

et un semblant de grêle. 

Ils ont eu la soirée pour préparer l'étape phénoménal de demain qui s'annonce.

Vos reporters tout-terrain, Marc et Anatole.

 

Etape 6 : Neuss - Wesel - Kleve.

Un exploit !

Aujourd'hui les raideurs ont réussi l'étape la plus longue du raid (148km). Avec une météo pas toujours favorable, 

ils ont fait preuve de beaucoup de courage et de détermination. Nous pouvons remercié le personnel de l'Austadions de Wesel, 

un grand merci à M.Virtz, M.Messerschmitt et Mme Brisk-leussmann pour leur accueil avec même un petit cadeau pour chacun de nous. 

Nous sommes arrivés dans la soirée à Kleve ou nous attendait un bon repas au restaurant, nous allons passer une bonne nuit.

Aurélien et Matthieu

 

Etape 7 : Kleve - Druten - Gorinchen

Une étape verdoyante et venteuse.Cette journée a été l'une de plus éprouvantes du parcours pour les Raideurs. Ils ont enfin compris pourquoi il y avait tant de moulins aux Pays-bas : Le vent de l'ouest allemand et de Hollande les a ralenti dans leur périple de 115km et a réduit leur moyenne de course à 15km/h. 
Un réveil comme d'habitude difficile au matin pour commencer leur journée mais qui a été récompensée par un petit déjeuner au restaurant de la vieille. 15km plus tard, ils passèrent la frontière néerlandaise et posèrent pour la première fois de l'aventure leurs pieds sur le pays.Le repas au bout de 50km a revigoré les Raideurs : un restaurant chic les attendait avec au menu soupe et buffet à volonté.
L'après-midi d'avantage venteuse les a obligé à utiliser une technique de course professionnelle permettant à chaque Raideur d'être en tête de file un à un et ainsi de protéger ses coéquipiers. De régulières poses ont été nécessaires afin de les ravitailler.Les douleurs commençaient à être dérangeantes quand une traversée du Rhin s'imposait à bord d'un bac qui reposa les Raideurs avant l'arrivée proche.
En effet, 15km plus loin, ils arrivèrent aux portes du Lycée FORTES de Gorinchen qui va les accueillir durant 3 nuits. Un bon repas chinois couronna la soirée.

Léo DISTELZWEY et  Nicolas SIEGEL